Code Geass / Lycée Ashford

Forum RPG Code Geass
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Instinct. {PV. Zac}

Aller en bas 
AuteurMessage
Arisu El Britannia
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : Sûrement en train de m'enterrer en faite..
Date d'inscription : 30/06/2010

Carte d'identité
Grade/Niveau: Sous-Capitaine des Dissidents.
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Instinct. {PV. Zac}   Lun 26 Juil - 4:11


✖. I N S T I N C T
« L'instinct.. Il se manifeste sous différentes coutures, sous différents angles, toujours accompagnés de situation et de sentiment. Il nous dénude souvent de toute logique pourtant l'on arrive à des résultats convaincants qui viendraient nous même nous surprendre. Chez les chats l'instinct est de vivre seul, chez l'homme, l'instinct est une curieuse chose que l'on confond trop souvent avec de la lâcheté.»

Le mensonge, c'est un bien vilain vice qui sans précautions vous retombe dessus en tant que punition. Pourtant, ce défaut qu'on le qualifie d'inutile se révèle par moments d'une utilité. Bloquée dans un forteresse géante de treize kilomètres naviguant dans le ciel, quotidien peu commun, Arisu le savait bien. Pourtant, dès que les techniciens faisaient des essaies de Knightmare sur la terre ferme, la jeune femme ne se faisait pas prier pour les rejoindre. La dernière fois qu'elle était descendu, elle s'était isolé dans les ruines de la zone touristique. Elle y avait rencontre Kururugi Suzaku, ce jeune homme avait semé le doute dans l'esprit de la princesse déchu. Elle ne savait plus pourquoi elle avait choisit le camp des Dissidents, pourquoi elle les soutenaient, son esprit était emmêlé, elle doutait de tout. Le sourire de Schneizel, le regard de Cornélia, les gestes tendre de Nunnally, elle se demandait si tout cela n'était que factice ou vérité. Penser à tout cela lui procurait une impression de froideur, des frissons parcourant son corps, des sueurs froides venant amplifié son anxiété. En allant sur la terre ferme, elle ne comptais pas essayait de trouver réponses à la multitude de questions, mais plutôt de se changer les idées. Le fourmillement de la ville, le bruit agaçant, la foule de personnes pressant leurs pas. Arisu n'aimait pas particulièrement la ville, son architecture, pourtant, lorsqu'elle était dans un lieu empli de personne, elle se sentait moins seule, car après tout dans cette foule, combien de personnes se connaissaient réellement ? Malgré qu'elle soit une ancienne princesse du Saint Empire, son visage était peu connue, seul son nom se lisait de temps en temps sur les lèvres des gens.

Elle gardait tout de même une certaine discrétion, une certaine sobriété, elle était après tout en terrain ennemi, sur le terrain de Britannia, de la Britannia de Lelouch, son frère, son ennemi. Elle se fondait dans la foule avec facilité, disparaissait, réapparaissait.. Elle savait que des caméras étaient partout dans la ville, espionnant chaque recoin, filmant chaque expression de chaque passant. Cette impression d'intimité volée, d'oeil mécanique filmant tout ses gestes. Arisu en avait horreur et faisait tout pour ne pas montrer son visage face aux appareils. Elle était inconsciente, elle en avait conscience que ce qu'elle faisait était insensé, dangereux pour elle. En temps qu'ennemi, elle n'allait pas être accueillit à bras ouverts, un tendre sourire aux lèvres. Une chemise blanche aux premiers boutons ouverts, sans prétentions ni raffineries, d'une sobriété des plus décadentes, un pantalon en tissus noir au revers bien fait accompagné d'une paire de talons de quelques centimètres. On aurait pu la confondre avec une assistante, une secrétaire, une jeune femme travaillant à la télévision, une journaliste, n'importe quel métier aurait pu lui être assignée avec facilité. La seule marque trahissant Arisu, le collier qu'elle portait autour de son cou. Un chapelet en argent suspendue autour d'une fine et longue chaîne avec au milieu une pierre rouge sang brillant. La chaleur était étouffante, dans la ville régnait une moiteur incertaine, une température lourde. La jeune femme était sensible à la chaleur, chaque degrés semblait peser sur ses fines épaules. Ce qu'on ignorait en la voyant était la musculation qu'elle avait pu acquérir à force de piloter des appareils. Mais son but était de récupérer des informations, elle notait chaque recoin où se trouvait des caméras dans un carnet, le nom des rues, la position de l'appareil. Alors qu'elle était assise sur un ban de béton non loin d'une fontaine, son regard bleu s'arrêta sur un visage. Ces formes, ses couleurs, cette expression, elle les connaissaient. Ses yeux s'écarquillèrent alors, ses iris s'affinèrent alors ne devenant plus qu'une feinte. Elle semblait terrifier, paniquant, comme si elle était pétrifier. Son corps fût alors secoué de tremblements, son coeur se mit à battre de plus en plus vite. Ses bras vinrent enlacés son buste, elle parût alors bien frêle à cet instant. Devant elle se dressait à nouveau le meurtre de cette nuit dans le palais, la nuit de l'assassinat de Desmond Lenoir. Elle revoyait la scène en détail.

La nuit est tombé, la lune seule source de lumière éclaire par de pâles lueurs le palais. Tout est calme, silencieux, tout le paraît, mais c'est un faux semblant en réalité. Elle revoit encore le corps du compte sur le sol, le bain de sang, et le visage du meurtrier fuyant. Elle avait aperçu le visage de l'assassin.. Pourtant à cet instant, c'est une douleur qui vînt s'emparer de tout son corps. Les larmes montèrent, elle aurait voulu hurler de souffrance, pourtant, ce n'est qu'un cri sourd qui s'échappa.

Elle revenait peu à peu à elle, mais cette scène venait inlassablement la plonger dans l'angoisse la plus totale. Il était là devant elle, l'avait-il reconnût ? Elle se leva tant bien que de mal, essayant de faire supporter à ses jambes le poids de son corps pétrifié. Elle fit plusieurs pas en arrière, ne quittant pas la visage de cet homme, puis elle lui tourna le dos, se mettant à courir. Elle ne savait plus quoi faire, elle ne pouvait venger le compte Lenoir, elle n'était pas armée, elle était dans un lieu public.. Alors elle courût, aussi vite qu'elle pouvait, passant agilement entre les passants. Mais l'erreur fatale qu'elle fit fût de s'éloigner des lieux publics. Elle se retrouva alors dans un labyrinthe de petites ruelles étroites et sombres, son angoisse monta quand elle compris qu'elle était piégé dans ses rues. Ses jambes ne supporttèrent plus le poids d'angoisse d'Arisu, qui s'effondra sur le sol. Aucunes larmes ne vinrent perler le long de son visage aux traits fins. De l'angoisse, de la peur, de l'injustice, de la colère, de la folie, toutes expressions venaient se confondre sur son visage. Elle ne murmura qu'une seule chose :

« Non.. Ce.. Ce n'est pas possible.. Pas ici, pas maintenant ! »


Elle essayait de regagner sa confiance peu à peu, pourtant, elle sentait que celui-ci approchait, pas à pas. Elle se releva alors, prenant son angoisse sur elle, essayant de reprendre le contrôle d'elle même. Elle se tenait droite, au milieu d'un carrefour de quatre ruelles. Elle entendait des pas, elle les écoutaient attentivement, essayant de ne pas laisser à nouveau l'angoisse la dominer. Elle plongea sa main dans son sac, prenant avec délicatesse l'arme se trouvant dedans. Elle le sortit doucement et le pointa vers l'endroit où le bruit des pas se faisait le plus intense. Ses doigts sur la gâchette, elle s'apprêtait à tirer quand un sentiment de s'être fait avoir l'envahit. Se pourrait-il.. qu'elle se soit ..trompée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zac Kurohikage
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
avatar

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 28
Date d'inscription : 15/08/2009

Carte d'identité
Grade/Niveau: Officier de l
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   Mar 27 Juil - 5:34

Magnifique journée que s'annonçait celle-ci.
Étendu sur son lit, Zac étira ses bras en direction du plafond de sa chambre... située dans l'un des bâtiments directement liés aux hangars du palais de Pendragon.
De tous les jours de la semaine, celui-ci était l'un de ceux que le jeune comte préférait. Pourquoi? Car durant les vingt-quatre prochaines heures, Nataly Amos sa secrétaire, serait en congé... lui laissant donc le champ libre pour la journée.
Il fallait dire que la jeune femme qu'il avait embauchée voilà presque un mois, était certes digne de confiance, d'une rare intelligence ainsi que très efficace dans son travail... mais se faisait cependant un devoir de rappeler à l'ordre celui pourtant sensé être son supérieur, à chaque fois que celui-ci tentait d'échapper à son travail, ou faisait mine de vouloir quitter son bureau. Et même si Zac parvenait à lui échapper la plupart du temps, elle l'attendait à chaque fois à son retour... et ne le lâchait plus jusqu'à ce qu'il ait terminé de rédiger les rapports en retards dont le nombre s'était entre-temps multiplié.
Il ne fallait toutefois pas se méprendre: le jeune officier appréciait grandement sa subordonnée, qui s'arrangeait à chaque fois auprès des officiers supérieurs pour couvrir ses nombreuses absences... ce qui était au fond, même s'il appréciait le geste, inutile. Quasiment tous les membres de cette armés étant sous le joug du pouvoir de Lelouch, les plus hauts gradés compris... Zac ne rendait au final ses comptes qu'à l'empereur lui même.
Enfin...

Bien décidé à profiter de cette journée, le dernier des Lenoir quitta le confort de son lit et alla ouvrir les rideaux, laissant la lumière du soleil pénétrer la pièce qui n'avait jusqu'ici été éclairée uniquement par la vive lueur écarlate qu'émettaient ses iris.
Ce pouvoir que lui avait confié son ancêtre voilà une bonne dizaine d'années... Bien que ce soit quasiment imperceptible, Zac savait qu'il gagnait chaque jour en puissance. Et il ne s'agissait de sa capacité à utiliser les illusions... non... mais du Geass sur lequel s'était imprimé cette faculté, celui qui la retenait... et que cet ''effort'' rendait plus intense chaque jour.
Laissant s'échapper un soupir, le jeune homme se détourna de la fenêtre.
Penser à de telles choses était inutile. Il ne pouvait rien y faire... et ne regrettait pas une seconde d'avoir accepté ce contrat qui le liait à l'être qui le connaissait bien mieux que quiconque sur cette Terre.

Après avoir enfilé quelques vêtements, plutôt sobres afin de ne pas se faire remarquer en ville, il posa sur son nez ses lunettes de soleil à verres fumés qui protégeaient son entourage de son pouvoir... et quitta ses appartements, chassant toute pensée de son esprit qui ne concernerait pas sa journée de repos.

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

'' Essaie encore. ''

'' Espèce de... ''

Décidément, il n'était qu'un imbécile. Alors qu'il avait appris à bien connaître sa secrétaire... comment avait-il pu ne pas prévoir cela?
Mais tout n'était pas perdu. Tout ce qu'il avait a faire, c'était outrepasser l'obstacle qui se dressait devant lui... même si au vu de l'identité de celle qui lui barrait le passage, ses chances de réussir soient on ne peux plus amoindries. Elle était après tout, celle qui lui avait appris à se battre. Sans ajouter que le Geass n'avait pour ainsi dire, aucun effet sur elle.
Mais d'un autre coté, cela signifiait que la familiarité de leur relation, lui permette de connaître certaines de ses faiblesses. Notamment...

Reculant de sorte à se mettre hors de portée des coups de S.S qui se tenait devant lui, Zac porta imperceptiblement sa main à sa poche et pressa la commande qu'il savait, serait son unique salut face à l'immortelle.

'' Je vois. Toi et Nataly êtes devenues amies ou quelque-chose dans le genre? '' Lui demanda-t-il pour détourner son attention de sa main.

Soufflant une mèche de ses cheveux sombres qui était tombée sur son visage, l'immortelle lui répondit d'une voix posée.
'' Elle m'a demandé de ne pas te laisser sortir jusqu'à ce que tu aies terminé le projet de restructuration de ton unité. '' Ses lèvres s'esquissant en un sourire espiègle, elle ajouta '' C'est pourquoi je te demande de gentiment retourner travailler... mon cher descendant. ''

Le jeune homme laissa échapper un petit rire.
''Si toi tu me demandes d'aller travailler... je me demande ou va le monde. ''

C'est alors que la porteuse du code allait répliquer, qu'une voix n'appartenant à aucun des deux protagonistes, s'éleva de quelque-part derrière S.S.
'' Ah. Commandant. '' Dit le soldat qui s'avançait dans leur direction. '' Voici le plat de spaghetti que vous avez demandé. Dois-je aller le poser sur votre bureau? ''

Souriant avec malice, Zac sut alors qu'il avait gagné.
Son immortelle d'ancêtre raffolant de ce genre de plats et en redemandant souvent, il avait voilà une douzaine de jours pris le soin d'ajouter à son téléphone portable, deux touches supplémentaires dont l'unique fonction serait de prévenir les cuisines qu'un plat de pattes devait être apporté au plus vite soit dans son bureau donnant également sur ses appartements, soit dans le hangar privé que lui avait attribué Lelouch à sa demande... l'un ou l'autre selon le bouton qu'il pressait.
Et aujourd'hui, les caprices culinaires de S.S qui d'habitude avait tendance à l'exaspérer, allaient enfin pouvoir lui servir.

Profitant de la brève seconde d'inattention durant lequel la porteuse du code ne put s'empêcher de se retourner, Zac bondit avec agilité... et passa devant la ''jeune'' femme, qui se reprit trop tard pour pouvoir l'en empêcher.
De colère face à se propre bêtise, elle se défoula alors sur le pauvre soldat qui se retrouva au tapis... rendu inconscient par un seul coup de pied. Avant que l'homme ne tombe, elle récupéra néanmoins le plat de pattes.

'' Utiliser ce genre de coup bas pour m'échapper. On se demande qui t'as élevé. '' Lui lança-t-elle alors que son descendant s'éloignait, riant aux éclats.

Interrompant sa course, le jeune comte se détourna pour lui faire face.
'' Alors... tout d'abord des parents travaillant pour l'ordre impérial de V.V, ensuite un couple de malfaiteurs recherchés, et puis... '' il s'interrompit un instant, l'air faussement pensif ''… ah oui. Mon ancêtre immortelle qui s'adonne à ses manipulations dans l'ombre de sa famille. '' Termina-t-il sur un ton jovial.

Lui souriant à son tour, S.S demeura sur place alors que son descendant s'éloignait en sifflotant joyeusement.

* Profites bien de ces jours tant que tu le peux encore... * pensa-t-elle, son expression maintenant devenue plus grave... presque mélancolique. * Car quel que soit ton choix, le jour où je devrais tout te révéler... jamais plus alors, tu ne pourras ressentir une telle insouciance... *

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-


Enfin libre!

Une fois S.S semée, rejoindre son hangar s'était avéré un jeu d'enfant... et pas même une minute plus tard, il s'élevait à bord du Hades dans le ciel de Pendragon.

Après quoi, il opta pour une ville plus proche de la côte, voire en bord de mer... la côte Ouest étant selon les données que lui affichaient son écran, celles possédant les ciels les moins nuageux sans pour autant que la température soit étouffante.
* Parfait... *
Son choix fait, Zac dévia légèrement la trajectoire de son Knightmare... et arrivé à destination, le fit atterrir dans l'un des hangars militaires de la zone.

Le jeune homme laissa s'échapper un léger soupir. Là où il devait précautionneusement manœuvrer au moyen d'autorisations piratées et d'identités usurpées à l'époque où il faisait encore partie de l'Ordre des Chevaliers Noirs, un seul ordre suffisait aujourd'hui pour trouver une place où poser son Hades.
Son nouveau statut avait certes des avantages... mais elle lui faisait regretter certains aspects de son ancienne vie.
Enfin... bien que cela ne lui apportait pas autant de satisfaction que de se faufiler en douce dans la nation la plus puissante a monde, il avait toujours les territoires de l'UFN et d'Europe pour s'exercer.


Quoiqu'il en soit, Zac oublia bien vite ces quelques regrets lorsqu'il pénétra enfin en ville.
Se baladant à travers les rues bondées de l'agglomération... le jeune officier finit par déboucher une place piétonne dans laquelle on ne comptait plus les terrasses de cafés s'étendant sur l'allée pavée entourant la fontaine centrale.
Bon nombres de familles, de bandes d'amis ou encore de couples assis à ces tables... le regard du dernier Kurohikage fut cependant attiré par une jeune fille assise non loin sur l'un des nombreux bancs de la place.
Non pas qu'elle fut la seule personne non accompagnée des lieux... les passants lisant à l'ombre ou semblant attendre quelqu'un, ne manquaient certainement pas... mais quelque-chose en elle attira son attention. Ce visage lui semblait si familier. Et sa posture, sa façon de se tenir... ne semblait pas coller avec le profil de la simple touriste. Elle semblait bien plus... disons, distinguée, comparée à tous les individus qui l'entouraient.
Sans doute devait-il s'agir d'une noble. Mais sans escorte ou sans personne pour l'accompagner? Cela semblait peu probable. Et avec des vêtements aussi simples? Voilà qui ne serait pas vraiment courant non plus.
Cependant...

Interrompant ses pensées, les yeux de la mystérieuse jeune femme se posèrent finalement sur lui.
Tous deux demeurant immobiles l'espace d'un instant... c'est alors qu'un nom vint s'aouter au visage dans l'esprit de Zac.
Son profil se trouvait dans la liste des anciens nobles ayant fui l'empire après la prise du pouvoir par Lelouch. Il s'agissait de l'une des filles de Charles Di Britannia... ainsi que l'une des nombreuses demi-sœurs de l'empereur actuel.
La princesse, qui ne fut pourtant jamais reconnue par son père... Arisu El Britannia. Une dissidente, aujourd'hui ennemie de l'empire.

Mais si lui connaissait son identité... comment se faisait-il que l'expression de la princesse déchue affiche une telle crainte, alors que personne hors du palais n'était sensé connaître l'identité du dernier Lenoir.
Il avait pris bien soin d'effacer tout dossier ou information le concernant après avoir quitté l'Ordre des Chevaliers Noirs ainsi que l'académie Ashford. Comment donc avait-elle bien pu savoir qu'il travaillait... ou du moins, combattait aujourd'hui, sous l'étendard de l'empire?
À moins qu'elle ne soit tout simplement d'une timidité maladive... ce dont il doutait toutefois fortement.
Quoiqu'il en soit, s'il voulait en avoir le cœur net, se dépêcher était de mise... étant donné qu'Arisu ne paraissait de toute évidence, pas vraiment disposée à s'éterniser.
Courant à toutes jambes, elle semblait impatiente de s'éloigner de lui à tout prix... ce qui risquait cependant de se révéler difficile pour elle, la ville étant quasi-intégralement sous surveillance video.

Sortant son portable, Zac pianota sur son clavier dépliable... et se connecta sur le système de sécurité de la cité. La seconde suivante, il pouvait voir la jolie princesse haleter dans son petit écran. Elle semblait courir avec l'énergie du désespoir. Et lorsqu'elle s'arrêta enfin, ce fut dans un petit dédale de ruelles apparemment désertes... que l'officier ne mis pas longtemps à rejoindre.



S'avançant à l'ombre de l'étroit passage... le dernier Lenoir esquissa un geste pour réajuster ses lunettes qui avaient légèrement glissé de son nez.
La jeune femme qui se tenait devant lui semblait terrifiée... mais ce qui attira surtout son attention, c'était l'arme qu'elle pointait dans sa direction.

Arrêtant là son avancée... Zac jugea préférable de ne pas attiser plus la frayeur d'Arisu. La ménager afin qu'elle soit plus encline à répondre à ses questions lui semblait pour le moment, la meilleure manière de procéder.
En tous cas, s'il pouvait être sûr d'une chose pour le moment, c'était que cette princesse n'avait pas grand-chose à voir avec ses grandes sœurs, Cornelia et Guinevere, qui étaient de nature beaucoup plus disons... agressive.
Son dossier la décrivant plutôt comme quelqu'un de farouche et combatif... elle lui donnait pourtant aujourd'hui, une toute autre impression. Et bien qu'elle fasse apparemment de son mieux pour paraître forte à ses yeux, la détresse qu'exprimaient encore ses yeux la trahissait.
Et puis au fond... devait-il s'en étonner? Lui, sur qui toutes les informations à avoir jamais été recensées n'avaient été pour la grande majorité, que des mensonges visant à cacher son identité véritable.


Affichant un sourire rassurant, le jeune compte s'inclina alors devant la princesse dissidente.
'' Salutations, belle demoiselle. '' Dit-il d'une voix presque chantante
'' Je m'excuse si je vous ai effrayée, et vous assure que vous ne courez aucun danger à abaisser cette arme. ''

Souriant de plus belle, Zac leva alors ses mains à mi-hauteur de son buste, de sorte à les mettre en évidence... l'expression la plus réconfortante dont il soit capable, fixée au visage.

_________________



Merci C.C ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.earllenoir.skyblog.com
Arisu El Britannia
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : Sûrement en train de m'enterrer en faite..
Date d'inscription : 30/06/2010

Carte d'identité
Grade/Niveau: Sous-Capitaine des Dissidents.
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   Mar 27 Juil - 14:14


Chaque ruelles se ressemblaient, toutes semblait être déserte. L'obscurité semblait y être ancrée, malgré que l'ont soit en plein jour. Cette peur, peur de ne pouvoir agir à nouveau semblait venir la pétrifiée par moments. Il arrivait, il été en face d'elle. Sa carrure, sa silhouette, son visage, tout ces éléments coïncidé avec le souvenir de la jeune femme. Que cachait-il derrière un ton chantant, un sourire se voulant rassurant ? Arisu le savait, ce qu'il avait fait, le crime dont elle l'accusée. Elle avança, pas à pas, doucement avec lenteur. La peur se dissipa peu à peu, même si une once certaine demeurait en elle. La colère, s'était elle qui venait animé le regard de la princesse déchu. Jamais, jamais elle ne pardonnerais le meurtre de Desmond Lenoir. Cet homme qui avait tant aidé la jeune fille durant son ascension, qui avait toujours soutenue la jeune fille dans ses projets.. Jamais elle n'avait pu le remercier, lui dire à quel point elle lui était reconnaissante. Cette impression d'être arrivée en retard, d'avoir vu sans agir.. Cette blessure qu'elle croyait renfermé, s'ouvrait à nouveau. Insupportable.. Voilà ce qu'elle ressentait, tout cela était insupportable. La comédie qu'il semblait joué, était tout aussi irritante, ce sourire, ce ton, ces gestes. Pourtant lorsqu'il prononça sa première phrase, un léger rougissement vînt empourprer les joue d'Arisu.

Princesse, Sous-Capitaine, Pilote d'Élite, mais avant tout jeune femme solitaire. Se reprenant, elle regarda l'homme se tenant devant elle, son regard toujours plissé, ses sourcils toujours froncés et cette expression de colère et de peur se confondant. Si elle abaissait réellement son arme, que se passerait-il ? Il est assassin après tout, comment pouvait-elle être sûr qu'il ne portait rien sur lui. Elle ne devait plus craindre, ne plus avoir peur, elle devait faire face. Elle s'approcha encore un peu de lui, s'arrêtant à trois mètres. Pour le moment, elle se trouvait en posture de force, pourtant, quelque chose lui disait que si elle avouait de suite ce qu'elle savait, il essaierait de la tuer ou dû moins de la blesser. Dans un sourire, il fit mine de baisser l'arme, de la ranger, rendant l'expression de son visage radieux ainsi que gêné. Elle s'exclama alors :

« Je suis sincèrement désolé, je vous est prit pour quelqu'un d'autre ! Veuillez m'excusez.. »

Elle s'inclina alors avec respect, et même si cela bafoué sa fierté, si cela la dégoûté, ce genre de sacrifices étaient pour le moment indispensables. Elle s'approcha encore un peu, tendant alors sa main. Qu'il s'approche ou non, elle avait gagné un temps soit très court et infime, mais un léger temps d'avance. Son visage reprit alors un air sombre, avec un fin sourire satisfait. Elle leva à nouveau son arme, cette fois-ci, la penchant légèrement sur la gauche, elle le regarda alors et dit :

« Ne me prenez pas pour une imbécile, voulez-vous ? J'étais présente.. La nuit où vous avez tué Desmond Lenoir. Je vous est vu et vous m'avez vu. »

Elle termina sa phrase par un sourire, pourtant au souvenir de l'impuissance vécu, son expression devînt amer. L'un comme l'autre, dans le peu de distance les séparants étaient en danger. Particulièrement Arisu, face à la carrure de l'assassin, elle ne pouvait rien. Elle était bien plus menu, bien plus fragile. Pourtant, elle essayait de rester confiante, essayant de se convaincre que rien ne pouvait venir la faire souffrir d'avantage, que même la mort, ne lui faisait plus peur. En ces temps de guerre et de conflits, si l'on vit avec la peur de mourir, on se tue nous même, on se détruit par nous même. Si l'on admet sa mortalité, alors la vie devient quelque part plus calme, et la peur de quitter ce monde ne vous atteint plus. Pourtant, lorsqu'elle posa une question, la voix d'Arisu se brisa, elle termina avec difficulté sa phrase.

« Pourquoi.. Pourquoi avoir tué le Compte.. Lenoir.. ? »

Serrant le poing de sa main libre, enfonçant ses ongles dans sa propre chair, ce sentiment d'impuissance semblait l'agaçait, l'irriter, venir lui rappeler à chaque instant.

{ HRP : C'est tout petit et tout nul, désolé ! >.<}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zac Kurohikage
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
avatar

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 28
Date d'inscription : 15/08/2009

Carte d'identité
Grade/Niveau: Officier de l
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   Mar 27 Juil - 23:49

[HRP: Meuuh non. Ce qui compte c'est le plaisir à lire, et non la longueur ^^ ]


Même si l'ombre qui régnait dans les environs aurait dû dissimuler certains détails du visage de la princesse, le comte n'en distingua cependant pas moins chaque trait caractérisant le magnifique faciès d'Arisu El Britannia.
Et au vu du voile de colère qui envahit peu à peu les saphirs de ses iris, Zac comprit que sa tentative pour détendre l'atmosphère et rassurer la dissidente avait lamentablement échouée. La question demeurait alors... pourquoi? Pour quelles raisons se mettait-elle dans un tel état à la seule vue du jeune homme?
À ce stade, toute hypothèse autre que celle supposant qu'elle l'ait, d'une manière ou du autre, reconnu... devenait désormais caduque. Elle savait quelque-chose sur lui... et n'en éprouvait apparemment que du ressentiment et de la peur.
Restait à savoir, de quoi il en retournait réellement.

S'approchant de lui d'un pas lent... comme si elle craignait qu'il se jette sur elle à tous moment, ce qu'il était d'ailleurs véritablement en train d'envisager de faire ne serais-ce que pour la désarmer... les yeux azur de la jeune femme ne cessaient de le dévisager avec un mépris mêlé de méfiance.
Quant à Zac, bien qu'il soutienne son regard à travers les verres fumés de ses lunettes, il veillait tout de même à garder en vue du coin de l'œil, le doigt de la princesse posé sur la gâchette... à l'affut de la moindre contraction des muscles qui trahirait une quelconque intention de faire feu.
C'est alors que, contre tout attente, la main tenant l'arme s'abaissa soudainement, et que l'expression d'Arisu s'adoucit... alors qu'un léger sourire vint s'esquisser sur son visage.
Haussant un sourcil, Zac demeura tel quel... attendant que l'explication de ce revirement pour le moins radical d'attitude, se présente. Et il n'eût pas très longtemps à attendre.

« Je suis sincèrement désolé, je vous est prit pour quelqu'un d'autre ! Veuillez m'excusez.. »
Lui dit-elle d'une voix timide parfaitement exécutée, avant de s'incliner devant lui.


Levant légèrement les yeux au ciel... Zac ne put retenir un sourire amusé.
Alors c'était ça la méthode qu'elle avait décidé d'employé pour tenter de se tirer d'affaire? Cela ne manquait certes pas d'imagination, et cela aurait pu lui permettre de justifier en partie son attitude d'un instant plus tôt. S'il lui avait demandé pour qui elle l'avait pris... sûrement aurait-elle répondu pour une personne quelconque lui ayant fait du mal autrefois... ce qui aurait peut-être pu marcher s'il ne connaissait pas l'identité de la jeune femme qui s'avançait maintenant dans sa direction, faisant mine de partir. Même s'il se doutait que ce qu'il avait lu dans son dossier n'effleurait sans doute pas même la vérité sur la nature véritable de la princesse, il savait néanmoins que celle-ci était une débrouillarde qui avait plus d'un tour dans sa manche. Le fait qu'elle ait à ce point gravi les échelons dans un environnement aussi hostile que la cour britannienne, alors que son père refusait de la reconnaître, en était un preuve suffisante.
C'est pourquoi, il ne fut pas vraiment surpris lorsqu'il se retrouva l'instant suivant, avec l'arme de nouveau pointée sur lui... quoique cette fois, bien plus proche, ce qui d'une certaine manière, augmentait grandement sa marge de manœuvre pour la désarmer... autant que cela accroissait la vivacité qui serait alors nécessaire pour la neutraliser avant qu'elle ne presse la détente...
Quoiqu'il en soit, il n'esquissa aucun geste pour le moment. Attendant toujours que la princesse satisfasse sa curiosité. Qu'elle lui révèle enfin les raisons de son comportement... ainsi que ce qu'elle savait de lui.

'' Oh? Celui avec qui vous m'avez confondu doit vraiment vous porter sur les nerfs... pour que vous ne puissiez ainsi vous empêcher de pointer ceci sur moi. '' Plaisanta-t-il d'une voix légère, son sourire toujours au lèvres.


« Ne me prenez pas pour une imbécile, voulez-vous ? » Siffla-t-elle, ses yeux lançant des éclairs.
« J'étais présente.. La nuit où vous avez tué Desmond Lenoir. Je vous est vu et vous m'avez vu. »


Les paroles de la jeune femme mirent un certain temps à pénétrer la conscience du jeune comte... éveillant en lui un passé envers lequel il pensait avoir terminé de rendre des comptes... des souvenirs qui même s'ils n'étaient pas si anciens que ça, lui semblaient ressortir d'une autre époque, celle où la vengeance dévorait encore son cœur.
Desmond Lenoir... cet homme qui avait décimé tout sa famille dans le seul but de capturer son ancêtre immortelle.
Et c'est là... dans les images datant su jour de l'assassinat de son oncle qui défilaient sous ses yeux... qu'il se remémora l'instant où il avait pour la toute première fois aperçu, autre que sur les photos que contenaient les dossiers personnels, ces yeux d'un bleu saphir... cette chevelure aux couleurs d'une vivacité presque irréelle...
Il se revit presser la détente qui ôta la vie au meurtrier de sa famille... il se revit prendre la main de son amie d'enfance afin de l'éloigner de ce lieu... et il se souvint détourner la tête un instant pour s'assurer que personne ne les suivait, et apercevoir une jeune femme qui le dévisageait avec intensité, les yeux ébahis... la même qui se tenait aujourd'hui devant lui.

C'était donc ça...
La raison pour laquelle Arisu avait été aussi terrifiée de le voir était donc parce qu'elle l'avait auparavant aperçu sous les traits d'un assassin... celui de Desmond Lenoir.
Toutefois, ce qu'il ne savait toujours pas... c'était pourquoi la princesse semblait tellement prendre à cœur la mort de ce comte illégitime.
Il était vrai que jusqu'à aujourd'hui, il n'était pas parvenu à rassembler beaucoup d'informations sur cet homme. À l'époque où Zac était encore un allié de l'Ordre des Chevaliers Noirs, mettre la main sur les données concernant les activités de son oncle s'était révélé quasi-impossible. Mis à part le fait qu'il travaillait pour l'ordre impérial de V.V, il ne savait pas grand-chose... et si de tels renseignements avaient jamais été répertoriés, ils étaient désormais perdus, anéantis en même temps que la ville souterraine de cet ordre déchu.
Ce que Desmond avait fait et qui il avait fréquenté durant ces années... était donc un total mystère pour lui.
Mais quel que soit le lien qu'il possédait avec cette jeune femme... il se devait de le connaître.

'' Oui... '' Le ton jovial de sa voix était cependant démenti par la froideur de son regard.
'' Je m'en souviens. Journée plutôt animée vous ne trouvez pas? Mais si vous m'en voulez de ne pas être venu vous saluer ce jour là, alors je m'en excuse. Mais j'étais, voyez-vous, un peu pressé. ''

Plongeant son regard dans les yeux d'Arisu... il la dévisagea, attendant une quelconque réaction de sa part.
Et lorsque la princesse lui répondit finalement, ce fut d'une voix brisée et tremblante.

« Pourquoi.. Pourquoi avoir tué le Compte.. Lenoir.. ? »

La réaction qu'eût alors Zac avait beau être déplacée au vu de la détresse de l'Arisu... il ne put cependant contenir un éclat de rire en entendant l'appellation qu'elle avait utilisée pour parler de son oncle.
En tous cas, si elle lui posait cette question, cela signifiait que peu importe le lien qu'elle et cet homme partageaient... le frère de Mark Lenoir avait bien veillé à ne pas révéler grand chose sur lui à celle qui aurait pu porter le titre de troisième princesse si jamais elle avait été reconnue.



'' Je vous prie de m'excuser... '' Dit-il finalement une fois son hilarité calmée. '' … mais je ne me souviens pas avoir tué un quelconque comte ce jour là... aucun de légitime en tous cas. Toutefois... ''

Alors qu'il parlait, il avait pris soin de laisser légèrement ses lunettes glisser sur son nez.
Lorsqu'il eût terminé sa phrase, l'éclat carmin du pouvoir des rois vint rencontrer les yeux azur de la jeune femme... et le Geass de l'illusion commença à faire effet sur elle.

Si Arisu venait à regarder dans sa main maintenant, elle ne verrait... ni ne sentirai d'ailleurs, absolument rien. Elle serait dans la fausse impression que son arme avait disparue, et que Zac demeurait immobile... ses yeux écarlates remplacés par de banals yeux noisette par le mirage projeté par les iris du jeune comte.
Elle ne sentit donc rien non plus lorsque l'officier lui prit le pistolet des mains... avant de le pointer dans la direction de son propriétaire.
Il en profita également pour s'assurer au passage sur son portable, que toutes les caméras du secteur étaient bel et bien désactivées... suite au petit piratage qu'il avait pratiqué juste avant de se montrer devant la demi-sœur de Lelouch.... Parfait.
Rangeant le petit appareil dans sa poche, Zac décida que faire durer plus longtemps l'illusion était inutile. Il vida son esprit de tout pensée, et remit ses verres en place, dissimulant de nouveau ses iris marquées par l'oiseau carmin symbolisant le pouvoir des rois.

Désormais, Arisu pourrait voir où était passée son arme... soit dans la mains de celui qu'elle menaçait encore avec, un instant plus tôt.

'' Puisque nous en sommes à parler de lui, j'aimerais savoir... '' Susurra-t-il d'une voix empreinte de malice, alors que sa main libre vint délicatement relever le menton de la jeune femme pour l'obliger à le regarder dans les yeux... ou du moins, à ce que son regard rencontre le sien à travers les verres fumés ''… quelle relation exactement entreteniez-vous avec mon cher oncle... your Highness Arisu El Britannia? ''

Oui...Les choses avaient changé depuis que Lelouch avait pris le pouvoir. Il n'avait plus aucune raison de dissimuler sa filiation ou son identité...
Quant à son crime... lui qui pensait définitivement l'avoir relégué au passé... il lui rejaillissait aujourd'hui en pleine figure, au moment où il s'y attendait le moins. Mais au fond... si tout se passait toujours exactement comme prévu... quel intérêt y aurait-il alors à vivre?



_________________



Merci C.C ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.earllenoir.skyblog.com
Arisu El Britannia
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
♦ Princesse | Pilote d'Elite ♦
avatar

Féminin Nombre de messages : 35
Age : 22
Localisation : Sûrement en train de m'enterrer en faite..
Date d'inscription : 30/06/2010

Carte d'identité
Grade/Niveau: Sous-Capitaine des Dissidents.
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   Mer 28 Juil - 13:06


'' Je vous prie de m'excuser... '' Dit-il finalement une fois son hilarité calmée.
'' … mais je ne me souviens pas avoir tué un quelconque comte ce jour là... aucun de légitime en tous cas. Toutefois... ''

Les lunettes aux verres fumés qu'il portait glissèrent alors légèrement, les yeux du jeune homme apparurent, pourpre, les ailes déployées d'un oiseau prêt à l'envole se libérant, mais cela ne dura qu'une seule seconde, une infime seconde qui fit qu'Arisu ne put se rendre compte. Pourtant, l'image se dressant devant elle était toujours la même, l'homme, son expression le décor.. Tout demeurait intact, inchangé. Comment aurait eût-elle le temps de deviner qu'un Geass venait de faire effet sur elle ? Aucune sensation ne vînt caressait sa main, l'impression du manche ainsi que de la gâchette se défaisant de ses doigts fins, rien ne vînt la gênait. L'illusion, le mirage, le pouvoir de la tromperie, voilà le geass que possédait cet homme. Comment la jeune femme aurait-elle devinée cette déduction ? Mais tout d'un coup, l'image se brouilla, devînt flou, elle se détruit alors, laissant place à l'image de réalité. Quand elle plia son index, la sensation de la contraction du muscle ne vînt pas, son regard vînt s'abaisser à sa main, celle-ci était libre, aucune arme ne s'y tenait. Ses yeux s'écarquillèrent alors, elle détourna à nouveau son regard bleu vers l'assassin et elle vit son arme, sa propre arme pointée vers elle. Elle ne pouvait plus rien, sa seule défense venait de partir, son attaque aussi. Arisu était pris au piège, sa vie était entre les mains de cet homme. Sa mâchoire se serra alors, prise dans le dépourvu des plus total, elle n'avait plus aucune solutions devant elle.

'' Puisque nous en sommes à parler de lui, j'aimerais savoir... '' Susurra-t-il d'une voix empreinte de malice, alors que sa main libre vint délicatement relever le menton de la jeune femme pour l'obliger à le regarder dans les yeux... ou du moins, à ce que son regard rencontre le sien à travers les verres fumés ''… quelle relation exactement entreteniez-vous avec mon cher oncle... your Highness Arisu El Britannia? ''

Le regard de la jeune femme vînt s'écarquiller à nouveau, ses iris ne devenant plus qu'une feinte, ses lèvre s'entre ouvrant par la stupeur. Deux éléments vînt alors la frapper. Ses jambes eurent de léger tremblements qu'elle essayait de contenir, postant solidement celles-ci sur le sol. La sensation de sa main relevant le visage d'Arisu, le dégoût ainsi que la gêne venant se mélangeait en elle, formant un sentiment horriblement irritant, dont la sensation était désagréable, étouffante. Mais après tout, que perdait-elle à parler ? Qu'est ce qu'il lui arriverait après avoir répondu à ces questions ? La mort, la vie, la souffrance.. Qu'allait-elle ressentir ? Son regard devînt alors vague, les dimensions de ses iris revinrent à la normale, sa pupille ne fût plus dilatée. Les souvenirs montaient en elle.. Ceux de Desmond refirent alors surface dans la mémoire de la princesse déchu. La mélancolie envahit l'expression de son visage, son regard s'abaissa alors, comme si elle craignait qu'on ne voit ses souvenirs à travers ses yeux. Quelle relation, hein ? Elle même ne le savait pas à vraie dire.. Ce n'était pas de l'amour, ni de l'amitié, ni de la pitié.. Aucuns sentiments ne semblait vouloir décrire quelque chose. Pourtant lorsqu'elle releva son regard à la couleur vive, regardant droit dans les yeux le neveu du défunt Desmond Lenoir, elle prononça ses paroles calmement :

« .. Votre oncle ? Je l'aimais.. » elle marqua une pause puis dans un sourire reprit «.. Comme un père. Il m'a aidé à devenir en partie ce que je suis aujourd'hui.. » Soutenant le regard du jeune homme, elle continua, devenant peu à peu amer «.. Je n'est pas connu ses mauvais côtés en réalité, mais ce comte a quelque part aider à former ce qu'on peut appeler la mentalité. » Elle leva doucement ses mains, et dans un geste lent prit la main du jeune comte, l'enfermant dans la sienne, la laissant retomber le long de son corps sans pour autant la lâcher. « Mon identité ne vous as pas échappé, Comte Lenoir.»

Elle défit avec délicatesse sa main de la sienne, attendant des réactions. Des rires, des haussements d'épaules, du mépris. Elle applaudit alors, dans un sourire empli de tristesse, de rancune. Il avait eût l'avantage depuis le début. Mais ne croyais pas qu'elle laissait tomber pour autant, même si la mort ne venait plus défigurer son visage d'une expression de folie certaine, cela ne voulait pas dire qu'elle ne voulait pas éviter de quitter ce monde trop tôt. Que le feu vienne enflammer la poudre était-il impossible ? Savait-elle réellement combien de temps allait-elle gagner avant que ce noble ne se lasse d'elle et fasse un geste aussi futile aux conséquences lourdes ? Elle ne quitta pas le regard du jeune homme à travers ses lunettes, elle tourna un instant la tête, détournant le reste de son corps. Elle lui tournait maintenant le dos, sa tête toujours tourné légèrement vers lui.

« Votre oncle me disait souvent qu'il préférait mourir incompris que de passer sa vie à essayer de se faire comprendre. Sa mort n'a été qu'un lâche assassinat, pourtant, je pense que vous l'avez quelque part soulagé d'une conscience bien trop entachée.. »

Elle ne connaissait pas les recoins de la personnalité du défunt, même si la mort de ce noble avait profondément attristée la jeune femme, voir la disparition de quelqu'un qu'elle considérait presque comme faisant partit de sa famille, jouant le rôle de père, l'avait sur le moment anéantit. La phrase qu'elle venait de prononcer n'innocenter pas pour le moins cet homme, cette mort restait l'une de ses blessures qu'elle gardait en elle. Demeurant dans cette position, lui tournant toujours le dos, le visage tourné de deux quarts vers lui elle demanda alors :

« Jusqu'où mettriez-vous ma vie en danger ? Je suis désarmée, je connais votre crime, votre identité, je suis en territoire ennemi.. J'ai tous les vices. »

Elle ne souris pas, elle n'esquissa pas même une courbe sur son visage par amusement, elle semblait être des plus sérieuses, des plus sombres. Que cherchait-il réellement ? Un assassinat de plus ? Une mort en moins à achevé sur le champ de bataille ? Un simple pion à mettre en échec et mat ? Qu'était-elle dans les plans de ce noble ? Aurait-il idée de la faire exécuter ? Elle était à ce moment là simple femme, attendant un jugement, un verdict.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zac Kurohikage
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
♦ Admin | Officier-Commandant ♦
avatar

Masculin Nombre de messages : 1465
Age : 28
Date d'inscription : 15/08/2009

Carte d'identité
Grade/Niveau: Officier de l
Points de prestige:
0/0  (0/0)
Points de prestige à distribuer:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   Jeu 29 Juil - 5:49

La surprise qui apparut tout d'abord dans les yeux de la princesse suite aux révélations qu'impliquait la question de Zac, laissa bientôt place à l'étincelle d'une triste nostalgie... comme si ses paroles avaient remémoré à Arisu, des souvenirs d'un temps qu'elle regrettait.
Sa réaction fit froncer un sourcil au jeune comte. Cette expression... il l'avait déjà vue maintes et maintes fois. Sur le visage de Kallen après la mort de son frère... sur celui de Lelouch lorsqu'il en étaient venu à parler avec lui de la mort de Euphie... même sur son propre visage. Mais jamais autre-part, cependant, que sur le faciès de personnes ayant perdu des êtres qui leur étaient cher.
Se pourrait-il qu'elle et lui... ?
L'expression du dernier Lenoir se durcit.

« .. Votre oncle ? Je l'aimais.. » Lui dit-elle d'une voix calme. Ses yeux ayant cessé de fuir, elle le dévisageait maintenant intensément.
«.. Comme un père. Il m'a aidé à devenir en partie ce que je suis aujourd'hui. Je n'est pas connu ses mauvais côtés en réalité, mais ce comte a quelque part aider à former ce qu'on peut appeler la mentalité. »
Elle avait prononcé ces derniers mots d'une voix de plus en plus sèche.

Peu à peu, la simple tristesse commença à déserter les traits de la jeune femme... pour laisser place au ressentiment. Ne prononçant pas un mot, Zac se laissa faire lorsque les mains de la princesse vinrent délicatement se poser sur la sienne... son visage inexpressif.

Il commençait à comprendre... bien qu'il doive admettre que cette fois, la surprise était totale.
Jamais il n'avait encore envisagé que Desmond puisse entre-temps, se lier à quelqu'un. Une erreur de la part du jeune homme, de toute évidence. Son idée fixe d'en finir avec la vie de son oncle lui avait fait occulter tout ce qui concernait la vie privée de celui-ci... où plutôt, dans l'incapacité d'obtenir plus d'informations sur lui, il n'avait pas jugé nécessaire de considérer le fait qu'en environ dix ans, il ait pu se nouer d'amitié avec quelqu'un d'autre... si une telle notion avait jamais existé pour cette homme... pensa-t-il, un sourire ironique aux lèvres.
Décidément, il avait parfois le don de se prendre la tête avec certaines choses...
Il était arrivé ce qui était arrivé. Et si cela avait été à refaire, il n'aurait pas hésité une seconde. Il n'y avait plus aucune place pour le doute. Regretter était inutile, et il n'en avait pas le moindre désir. Plus maintenant qu'il connaissait l'identité véritable de Desmond. Cet homme qui avait fui toute sa vie... refusant d'accorder de l'importance aux dégâts qu'il commettait sur son passage.
Toutefois, le regard que posait à présent cette jeune princesse sur lui... conséquence de ses propres actes...
Dire que ces yeux le laissaient de marbre aurait été un mensonge.

« Mon identité ne vous as pas échappé, Comte Lenoir. »

Un sourire naquit sur les lèvres du jeune homme.
'' Il est difficile de ne pas remarquer une demoiselle aussi resplendissante que vous, my lady... surtout lorsque votre visage est présent dans une bonne partie des archives concernant la belle petite famille impériale. '' Ajouta-t-il en lui lançant un clin d'œil.

Ce ton léger n'était que façade. Parler de nouveau de cet homme, bien que cela le laisse désormais indifférent, lui remémorait cependant une époque de sa vie sur laquelle il aurait aimé tirer un trait une bonne fois pour toute. Les innombrables heures passées, son cœur empli de ressentiment, à essayer de trouver ne serais-ce qu'un indice sur la localisation du meurtrier de sa famille.


Lorsqu'elle lui lâcha la main après l'avoir replacée le long de son corps, les légers applaudissements qui retentirent alors dans l'obscurité de la ruelle, sonnèrent comme un ricanement ironique aux oreilles du comte.
'' Tu as gagné. Bravo! Ta petite victoire te réjouit? Eh bien, profites-en... plus rien ne t'en empêche désormais. ''
Voilà ce qu'il entendit. Et franchement... il devait admettre être d'accord avec elle sur ce point.
La poursuivre et la désarmer, avait été d'une facilité déconcertante... comme le serait l'acte de presser la détente pour mettre fin à ses jours. Ainsi, il en aurait cette fois, définitivement terminé avec cette partie de son passé... et pourrait poursuivre sa vie sans regarder en arrière. Malheureusement... ou heureusement, devrait-il dire... la vie était loin d'être aussi simple. Et faire couler du sang par seule peur du passé, serait faire tout le contraire de ce pourquoi il avait vécu jusqu'ici... ce serait se renier totalement.

Détournant soudainement son regard, la princesse finit par lui tourner le dos... son regard cependant toujours légèrement braqué dans sa direction.

« Votre oncle me disait souvent qu'il préférait mourir incompris que de passer sa vie à essayer de se faire comprendre. » Lui dit-elle alors... sa voix empreinte de nostalgie.
« Sa mort n'a été qu'un lâche assassinat, pourtant, je pense que vous l'avez quelque part soulagé d'une conscience bien trop entachée.. »

Laissant s'échapper un long soupir, Zac leva les yeux au ciel.
''Oui... cela pourrait ressembler à quelque-chose qu'il aurait pu dire. '' Dit-il d'une voix qui se voulait monotone.
Puis, posant de nouveau son regard sur la dissidente, il ajouta.
'' Et il est vrai qu'il n'a pas tort sur ce coup là. Faire du sur place pour tenter de se faire comprendre de personnes refusant catégoriquement d'adopter son point de vue est effectivement une perte de temps. '' Il eût un petit rire. '' Mais si le problème avait été celui-ci... nous ne serions pas en train d'avoir cette conversation. ''

Laissant sa main tenant l'arme retomber le long de son corps, son expression s'affermit cependant.
'' Cet homme n'a jamais cessé de fuir. Sa vie n'avait pour motivation principale, que sa peur d'échapper à la mort. Et sa quête eût pour conséquence l'anéantissement de la quasi-totalité de sa famille... de notre famille. ''
Aucune colère ne transparaissait dans la voix du dernier des descendants de S.S. Ce n'était pas avec rancœur qu'il s'exprimait. Il ne cherchait pas à se libérer d'un quelconque poids qu'il aurait sur la conscience... Sa voix d'un calme froid, expliquait tout simplement les faits, tirés de constatations ainsi que d'aveux à demi-mot. Il ne faisait que révéler placidement ce qu'il savait.

'' Je ne suis pas un idiot. '' Poursuivit-il. '' Je savais parfaitement que sa mort ne ramènerait en aucun cas ceux qu'il avait fait tomber dans le 'sauve-qui-peut' que fut sa vie. Mais le simple fait de concevoir de le laisser en vie était pour moi, tout simplement impossible. ''

C'est alors qu'il fut interrompu par une vibration provenant de sa poche. Ne quittant la jeune femme des yeux qu'une fraction de seconde... il rangea finalement de nouveau son téléphone.
Apparemment, sa chère secrétaire avait été mise a courant de sa '' désertion''. Il pouvait être sûr qu'à son retour, il ne pourrait certainement pas quitter de nouveau son bureau pendant plusieurs jours.
Enfin... il s'occuperait de concocter de nouveaux moyens d'évasion plus tard. Pour l'instant...

Ses yeux toujours braqués sur la jeune femme à travers ses lunettes aux verres fumés, il se rendit alors compte que son corps était bien mois crispé qu'il ne l'était un instant de cela.
Apparemment, la petite interruption de Nataly avait suffi à le détendre quelques peu... ce qui était d'ailleurs, assez contradictoire quand on savait ce que ce coup de téléphone impliquait. Quoiqu'il en soit, il devrait penser à aller remercier son employée une fois rentré... car lorsqu'il parla de nouveau, ce fut sur un ton bien plus posé... presque léger.

'' Je ne nie pas le fait qu'animé par un quelconque regret, il ait pu s'attacher à toi. Tout ce que je peux te dire c'est que jusqu'au bout, cet homme...Desmond, a fui sa propre mort, et était prêt à tout sacrifier pour y échapper. ''

Il n'y avait pas à nier cette vérité. Son oncle lui-même l'avait avoué. Mais il était vrai que d'un autre coté, cette partie de l'histoire ne concernait que lui et son ancêtre.
Ce qu'il avait été pour Arisu n'avait rien à voir avec son neveu.
Pour elle, Desmond Lenoir était quelqu'un qui lui avait apporté son soutient, et qui avait été apparemment présent pour elle... comme l'aurait été un père. Zac n'avait aucune intention de nier ceci, et ne doutait pas que le meurtrier de sa famille, ait éprouvé un attachement quelconque envers la jeune femme.
C'est pourquoi...

'' Je ne recherche ni ton pardon, ni à me justifier. '' Dit-il finalement. '' Je ne regrette rien, et quand bien même il réapparaitrait, je le traquerai de nouveau. Et pour ça, tu peux me traiter de lâche et me haïr autant que tu le souhaites. Toutefois... ''
Un sourire qui aurait presque put paraître coupable naquit alors sur ses lèvres.
'' Sache seulement que si je t'ai fait souffrir, j'en suis sincèrement désolé. Cela n'a jamais été mon intention. ''

Zac savait que ses paroles ne changeraient rien à la souffrance de la princesse. Peut-être même allaient-elles l'aggraver. Mais c'était tout ce dont il était capable. Car rien ne pouvait jamais venir remplacer le vide laissé par un être important lorsque celui-ci était à jamais perdu.
Il était lui-même très bien placé pour le savoir.




« Jusqu'où mettriez-vous ma vie en danger ? » Lui dit-elle soudainement.
« Je suis désarmée, je connais votre crime, votre identité, je suis en territoire ennemi.. J'ai tous les vices. »


La déclaration de la jeune femme provoqua chez le jeune comte, un petit rire amusé.
Mais il était vrai que le petit problème soulevé par Arisu, demeurait encore à régler... où plutôt, pensa-t-il... l'était-il déjà.

Levant de nouveau son arme en direction de la princesse rebelle, la malice vint s'installer sur le visage de l'officier britannien.

'' Comme tu l'as dit... tu n'aurais pas plus mal tomber. '' Ricana-t-il. '' Prise armée en pleine territoire ennemie... sans mentionner ta filiation. Il y a effectivement largement de quoi te faire emprisonner pour le restant de tes jours... voir pire. Et puis... ''
Sa voix se faisait de plus en plus tortueuse... voire cruelle.
'' Il est vrai que le fait que tu sois au courant de certains secrets de famille ne m'arrange guère. Je ne vois donc pas de meilleure solution.''

Prenant son temps, le doigt du jeune homme se pressa de plus en plus sur la gâchette du pistolet de la princesse. S'il venait à forcer ne serais-ce qu'un peu plus, le mécanisme de l'arme se déclencherai.
Et lorsque ce fut enfin fait, le bruit sourd de quelque-chose de lourd s'écroulant au sol s'éleva dans la petit ruelle.

Un grand sourire aux lèvres, c'est d'une voix enjouée que Zac déclara finalement.
'' Je plaisante. '' Son expression n'aurait pas put plus ressembler à celle d'un gamin venant de réussir sa bêtise.

Le chargeur de l'arme tombé au sol, le jeune homme se baissa pour le ramasser.
S'avançant en direction d'Arisu, il planta alors son regard dans le saphir des yeux de la princesse.
'' Peu m'importe ce que tu sais sur moi. Cela a cessé d'être un secret de toute façon. ''

Maniant l'arme d'une main experte, il s'assura que plus aucune balle ne demeurait à l'intérieur... avant de la rendre à son propriétaire.
'' Il n'est pas dans mes habitudes de me mettre à avoir la gâchette facile à la moindre petite difficulté. '' Poursuivit-il. '' Et encore moins lorsqu'il s'agit d'une lady qui, en plus d'être incroyablement belle, a le culot de s'aventurer ainsi seule en territoire ennemi, où être reconnue risquerait de lui coûter bien plus qu'un simple exil. ''

Il se retint de justesse d'ailleurs, de préciser qu'ils avaient tous deux ce point là en commun. L'idée d'un rehaussement de la sécurité sur le territoire de l'UFN ne le dérangeait pas vraiment, voire l'amusait... mais pourrait se révéler par contre, plus problématique du point de vue de la récolte d'information.

'' J'aimerais d'ailleurs savoir ce que fait une princesse dissidente, à se balader au beau milieu d'un quartier touristique... à relever l'emplacement de caméras... '' ajouta-t-il, lui montrant sur son portable, des images d'elle en train de noter sur son carnet ''… d'une ville sans grande importance stratégique. Non. Laisse-moi deviner... serais-ce pour une certaine matière première? ''

Il était vrai que mis à part son côté touristique... un complexe de stockage et de traitement de sakuradite, se situait à la bordure de la ville.


[HRP: Bcp de blabla... je sais. x)
Ceci pourrait très bien être mon dernier post avant mon départ. Je pourrai peut-être en écrire un autre, mais avec tous les préparatifs, je ne garantis rien. Sorry >.<
Et pour la nouvelle couleur... bien pensé. ^^ Beaucoup plus agréable à l'œil ~♫]

_________________



Merci C.C ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.earllenoir.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Instinct. {PV. Zac}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Instinct. {PV. Zac}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Geass / Lycée Ashford :: RPG :: Britannia :: Villes et zones touristiques-
Sauter vers: